vendredi 22 septembre 2006

France désespérée

P’tit come back pour vous dire, mesdames et messieurs, que je passerais dimanche à 12h30 sur France 5 dans Arrêt sur Images. Sujet de l’émission : Desperate Housewives.

Autant j'avais promptement refusé de figurer à l'émission "c'est mon choix" sur la mode et le luxe ^^ (véridique), autant là, j'ai eu du mal à dire non - malgré mon sens innée pour la prise de parole en public - vu que j'aprécie fortement l'émission.

Soyons bref, ma presta était à chier, j’ai rien pu dire de fantastiquement drôle sauf « heu… oui mais non… en fait… », mais c’est plus la curiosité qui m’a emmené à accepter l’invitation qu’une réelle conviction.

(Penser à insérer un extrait de "messages à caractère informatif" illustrant un chercheur revenant avec des images extrêmes)

A part le fait que j’ai été une grosse bouse, c’était sympathique de voir un peu d’monde, de picoler un poil de champ’ avec Abiker et Schneidermann (l’ennemi affectif de Pierre Carles), la nana de Canal+ et du magazine Elle, ainsi que le scénariste de « Plus belle la vie ».

Jouli expérience, qui se renouvèlera p’t’être pas :]

A bientôt quand j’aurais enfin le net…

mercredi 7 décembre 2005

Desperate Housewives, désespérément républicain.

Mais dites donc madame Michu ? Qu'est-ce que Desperate Housevives (beautés désespérées) ? Mais comment ça monsieur Mireille ! Vous me voyez fort étonnée de vous apprendre cela ! C'est nouvelle série à la mode dont sont fan les amerloques. Comme moi, vous avez du en entendre parler, un peu comme LOST cet été. Elle fait partie de ces séries que l'on souhaite voir pour regagner un peu de vie sociale au boulot, car tout le monde, de la secrétaire de direction à la technicienne de surface jusqu'aux commerciaux du premier étage, en parlent.

Voilà une série qui, au premier abord, intrigue. Un titre aguicheur, un générique "cosmétiquement pas mal" et une classe moyenne, banlieusarde jusqu'aux homoplates, resplendissante dans toute sa médiocrité. On salive ! On veut du spectacle ! De la vieille bourgeoise tueuse ! De l'adultère en quantité industrielle ! Des palettes d'anecdotes croustillantes !

Certes, de tout ceci, il vous en est offert. Mais encore faut-il supporter ce que le film soutient. Derrière ces airs de critique de l'Amérique profonde à la Dogville, se dissimule un bon gros flan bien flasque, bien mou, qui vous appâte par son enrobage, mais fini par vous donner des flatulences.

Comme dirait un proverbe bien connu, mieux vaut se méfier du silence des pantoufles que du bruit des bottes. Et pardi ! Parmi les sujets puissamment réac' de la droite républicaine bien tradi, on retrouve en vrac :

- la peine de mort que deux protagonistes défendent dans un état où elle n'est pas pratiquée,
- des fauteurs qui payent toujours pour leur méfait. L'ordre est ainsi toujours rétabli,
- des personnages secondaires qu'il importe peu d'éliminer,
- l'adultère vécu comme le pire des pêchers,
- une glorification des valeurs familiales, de la vie de femme au foyer, ébranlée parfois par quelques mésaventures certes, mais toujours avec empathie,
- la présence d'une démocrate (Eddie) évidemment putasse, mauvaise et trompeuse,
- des pédés qui se font casser la gueule, ou dépeints comme des pervers détraqués,
- des asiats qui servent les riches blancs-becs,
- des porto-ricains catholiques sans aucune morale,
- l'avortement totalement occulté dans un débat où il aurait mille fois pu figurer…

On secoue le tout pas trop trop fort, histoire de rester dans le mou tendance gras du bide, et on obtient une auto-critique complaisante et bien teinté politiquement.

Résumons ainsi brièvement qu'est-ce que représente pour le public les personnages de cette série.

Susan est totalement transparente. En un demi-épisode, on peut la cerner et s'identifier. Forcément célibataire pour qu'elle puisse s'envoyer de la chair fraîche, elle semble avoir été conçue pour être au centre de la série, avant que Bree ne lui vole la vedette.

Bree Van de Camp, c'est la femme de la haute, qui sait garder sa dignité. Elle sait recevoir et paraître. Il s'agit également du personnage le plus charismatique. Nul doute que les créateurs de la série se sont amusés avec les traits de sa personnalité, sa caricature tendant souvent vers le burlesque.

Lynette Scavo incarne le fantasme de la revanche de la femme sur l'homme, elle abandonne ainsi son rôle de femme au foyer pour revenir à sa brillante carrière, et bien sûr, elle y fait des étincelles.

Gabrielle est la petite peste amorale qui s'envoie en l'air avec son jardinier. Elle sert d'échappatoire pour soulager les fantasmes de notre bonne vielle ménagère de moins de 50 ans - comme aiment dire les journalistes.

Et les hommes me direz-vous ? Certifiés 100% meuble. Ils sont lâches, banals, détestables. Il est clair qu'ils ne font pas partie de la cible visée. Ils n'ont d'ailleurs aucune vie propre une fois sortie du champ de la caméra.

Et ma conclusion à tout cela ?

Décidemment, toutes ces nouvelles séries me débectent toutes plus les unes que les autres. Le fait qu'elles soient sacrément populaires me fout le bourdon. Sociologiquement cependant, elles peuvent avoir un intérêt. Il faut voir cela comme un portrait fidèle de l'Amérique moderne décomplexée, vu de l'intérieur. Dommage par contre qu'on s'en lasse aussi vite...

Je me retrouve ainsi à la recherche d'une vraie bonne série doté d'un zeste d'originalité et de critiques sincères. Six feet under m'a l'air déjà beaucoup plus à mon goût, mais je suis sûre qu'on peut trouver mieux. Une idée ? (Toute époque confondue)

dimanche 12 juin 2005

Twin Peaks, mon prochain T-shirt



'videmment si vous avez pas vu la série ça va pas vous dire grand chose... En deux mots, Twin Peaks est une série de David Lynch en 29 épisodes. Assez inégale en qualité mais globalement très enivrante, cette série fait partie de mes trois préférées :

- Absolutety Fabulous : Pour son humour, ses personnages décalés, ses dialogues particulièrement bossés, le pétage de plomb so british.

- Le Prisonnier : car précurseur, fort d'un message dont je me sens proche, onirique, libre.

- Et bien sûr Twin Peaks : Personnages étonnants et drôles, images troublantes, enquête à rebondissement, et toujours cette liberté lynchéenne.

Le fait d'aimer ces trois séries doit en dire long sur mes goûts en général... Humour, intrigue et fantastique dans un style hors norme et déjanté.

Pour en revenir à mon prochain T-shirt, il représente donc "La femme à la bûche". Le plus secret des personnages de la série, et donc le plus intrigant. J'ai également envie de faire un T-shirt avec la silhouette d'un nain dansant devant un rideau rouge, mais je n'ai pas encore eu le courage de m'y mettre.

David Lynch rulezzzzz

vendredi 24 septembre 2004

C'est la débandade ! Mes Tshirts sont enfin terminés..

La fraise m'a frustré :) Je lui aurais bien pris des Tshirts mais Patrice ne fait plus de taille femelle.. Alors, j'ai pris mon courage à deux mains, je me suis pointée dans la boutique du coin (les très honorables XL impression à Bordeaux) et j'ai fait tirer deux modèles.. Ils sont top !



Lire la suite

                 
2005/2009 - int13 production - design by France Quiquere - contact : france (at) int13.net