samedi 15 avril 2006

Sympathique plug-in pour Dotclear : Newsletter

Si vous n'êtes point adeptes de la "syndication RSS" et autres barbaries informatiques, tenez-vous au courant de ce qui s'écrit sur ce blog par simple e-mail. C'est la solution idéale pour les visiteurs occasionnels.

Le formulaire se situe sur votre droite.

vendredi 31 mars 2006

150/200 articles de Login gratuits

Suite au dépot de bilan de Posse Press, Romain GUY aka Gfx, ancien rédacteur chez Login, a eu la sympathique idée de mettre en ligne une sacrée tripotée d'articles (150/200) sous la licence Creative Commons.

Retrouvez à l'intérieur des tar.gz des bouts de Java, de l'XML/XSLT, du PHP, du Python, du Zope, et un paquet d'autres sujets traitant de la programmation et des systèmes open-source, tous plus intéressants que les autres.

Mais tout ceci est un peu en vrac (il parrait qu'on ne peut pas se plaindre...) ! Ca mériterait un Wiki, non ? Qui se lance ?

Login - Posse Press


Les articles sont dispos chez #ProgX

samedi 18 mars 2006

Les PDAPhones du moment : Qtek S200, XDA Atom et Fujitsu Loox T830 inside.

Je l’avoue, en ce moment je suis complètement dépassée par les nouveaux PDAPhones. La raison est que beaucoup se ressemblent, ce qui semble logique quand on sait qu’ils ont quasiment tous le même constructeur : HTC.

J’ai donc réalisé un petit comparatif visant à déterminer qu’elle est la machine la mieux adaptée à mes besoins. Le résultat est surprenant, car contrairement à ce que je pensais, celle qui finalement est le plus proche de mon idéal est celle qui me séduit le moins. Ceci dit, la petite deuxième est adorable ! Viens à moi petite HTC Athena :)

Voici donc un bref comparatif purement spéculatif entre le :
  • Cingular 8125
  • Fujitsu Loox T830
  • HTC Athena aka O2 XDA Atom
  • HTC Prophet aka i-mate Jamin aka Qtek S200 aka O2 Xda Neo aka Orange M600
  • HTC Apache aka Sprint PPC-6700 aka Verizon XV6700
Note : Je n'ai volontairement pas parlé des Qtek 9000 et 9100 car beaucoup de gens ont déjà écrit sur eux. Ils ont eu les machines en main, et en parlent bien mieux que moi. De plus, beaucoup de machines présentées ici sont sensées être le successeur du Qtek 9100 (aka HTC Wizard aka orange SPV M3000 aka i-mate K-Jam aka O2 XDA Mini Pro aka T-Mobile MDA Vario). Le Qtek 9000 (aka HTC Universal aka i-mate JASJAR aka Orange SPV M5000 aka T-Mobile MDA Pro aka O2 Xda Exec aka Vodafone VPA IV aka Qtek v1640) quand à lui, est d'une part dans une autre gamme de prix, et d'autre part très différentiable des autres, autant par son form-factor que par ces spécifications (écran VGA). J'aurais pu aussi parler des HP iPaq hw 6xxx, mais je n'ai pas spécialement d'avis sur ces machines ayant été un peu déçue par hw 6515.

Note 2 : Merciiiii encore une fois les opérateurs/constructeurs/revendeurs de PDAPhones ! Vous nous facilitez la tâche pour parler des machines avec tous vos noms à la con... Vraiment top super cool, hein ! Si je cherche une idée à la con, je vous contacte !

Pdaphones
Cingular 8125 | Fujitsu T830 | XDA Atom | Qtek S200 | PPC-6700

Un tableau comparatif et un descriptif de chacunes des machines si vous cliquez sur "lire la suite".

Lire la suite

mardi 7 mars 2006

GP2x Introduction

Une vidéo de Yugge sur la Gamepark Holdings GP2x bien sympathique qui met en avant les atouts de cette console. A savoir :
- Des émulateurs de console de jeu corrects,
- Un lecteur de vidéo (Divx et autres),
- Une sortie vers la télévision.

A vous de voir !

Point de vue développement, notre pack de jeux est fin prêt pour la GP2x, mais nous sommes en attente de GPH qui doivent nous fournir un DRM pour protéger nos jeux. Ça m'a l'air bien fastidieux...

dimanche 5 mars 2006

Flasher la ROM de son HTC Voyager aka Qtek 8080 aka SPV e200

Vu que c’est tout bonnement une horreur de trouver de la documentation sur ce Smartphone, je recopie une procédure simplifiée ici pour qui tombera dessus.

Pour flasher son HTC Voyager aka Qtek 8080 aka SPV e200 aka i-mate Smartphone2 aka O2 Xphone (merci aux constructeurs, revendeurs, opérateurs pour votre entente dans les appellations) à la version 2.7.5.1 (UK) ou 2.7.2.2 (FR) veuillez tout d’abord downloader et déziper ce dossier :
http://www.int13.net/france/archive/FLASHER_ROM_SPV_E200.zip

Les deux ROMs disponibles à l’intérieur ont déjà été patchées.
  • La 2.7.5.1 est en anglais, elle est un peu plus rapide que l’autre.
  • La 2.7.2.2 est en français.
Si vous souhaitez en installer une autre (elles portent toutes le même nom : (NK.nbf), les outils de désimlockage sont disponibles ici :
http://www.int13.net/france/archive/unlock_fix.zip
(lancez Unlock.exe dans le dossier de la ROM, tapez OK)

Fini de tailler la bavette, allons dans le vif du sujet. Let's go !

1 : Branchez votre e200 en USB et allumez-le.
2 : Active Sync (par exemple le 3.7.1 disponible ici ) se lance.
3 : Allez dans l’onglet Processus du gestionnaire des tâches (Ctrl + Alt + Suppr) et terminez l’application wcescomm.exe, cela fermera Active Sync sans qu’il puisse interrompre la procédure.
4 : Si votre système d’exploitation est « sympa », il va automatiquement reconnaître un nouveau périphérique et l’installer avec succès. S’il ne le fait pas, peut être que vous ne pourrez pas communiquer par USB dans l’étape suivante, à vrai dire, c’est tellement mal fait que parfois ça marche, parfois pas.
5 : Appuyez sur la touche d'enregistrement simultanément à la touche ON/OFF sur la gauche de l’appareil pendant quelques secondes, relâchez, vous entrez dans le mode Canary reconnaissable par les 3 menus de couleurs (après avoir pressé n’importe quel bouton).
6 : Lancez VoUpgradeUT-GR-fixed.exe dans le répertoire de la ROM de votre choix. Ne soyez pas effrayé, le programme est en grec, les développeurs grecs étant les seuls à ne pas avoir protégés le programme d’update. Cliquez le premier bouton en bas à droite de la fenêtre. Pas celui tout à droite, mais celui juste avant.
7 : Après quelques secondes, l’écran de votre SPV e200 devient blanc. Si ce n’est pas le cas, revenez à l’étape 4. (Sûrement après un reset de votre ordinateur qui vous aura fait un beau bordel). Pas de panique, votre bootloader n’est pas endommagé. La communication ne s’est juste pas faite entre le PC et le Smartphone. Si ça ne marche toujours pas, laissez un commentaire sur cette page, j’ai eu beaucoup de soucis lors de cette étape et peux peut être vous aider.
8 : Si l’écran est blanc, attendez quelques dizaines de seconde, votre PC va peut être commencer à afficher des choses incompréhensibles. L’application quittera, une autre se relancera, vous devrez à nouveau cliquer sur le premier bouton à droite, puis attendre. Une barre de progression finit par s’afficher, de même pour le Smartphone à quelques secondes près.
9 : C’est parti, l’installation est longue et fastidieuse. Il vous faudra patienter un bon quart d’heure. A la fin, votre SPV e200 rebootera tout seul.
10 : Quittez le programme sur votre PC, et soufflez… Vous avez réussi !

Bon courage !

SPV e200

samedi 4 mars 2006

Conférence Orange-Nokia et Mika "lumi" Tuomola

Lors de mon petit détour sur Paris en vue de trouver un stage, j’ai eu l’occasion de passer dans un univers parallèle situé dans une arrière salle des locaux d’Orange, porte d’Orléans.

Premier jour, départ super hard, comme une grande claque dans la gueule. Stéphane, Daniel et moi découvrons qu'il est utile de lire les speechs des conférences auxquelles on s'inscrit... Un genre de David Bowie androgyne finlandais – je suppose cocainé jusqu'à l'os - fait une intervention de 5 heures d'une rare intelligence sur l'écriture de scénario dans le jeu vidéo. En anglais bien sûr ! (Et en roulant les « rrrr »).

Mais ce n'est pas tout. Vlatipa que le conférencier forme 5 groupes de 6 personnes et commence à vouloir nous faire travailler... Vous vous rendez compte ! Je me retrouve avec deux indiens qui vivent à Londres, un grec, un viking et Stéphane chargé de me sortir de cette situation embarrassante.

Le but de l’exercice, créer un concept de jeux avec divers éléments choisis au hasard par le nordiateur. Imaginez-vous une seconde, nous devions faire avec :
- un jeu ciblé pour des p’tits gars de 11 ans et plus
- le style de gameplay : jeu de plateforme
- le héros serait un savant fou
- l’action : il faut soigner quelque chose
- des cartes à jouer sont présentes dans le jeu
- la plateforme de jeu est un GPS
- il doit se jouer au sein d’une communauté locale.

Le résultat : 3 heures de débat sans fin pour pondre quelque chose qui ressemble à rien. Le plus intéressant étant de discuter avec des gens d’univers différents de sujets plus que complexes à aborder et tout ceci en anglais. C’est stressant mais formateur.

Bien sûr, les sessions était agrémentées de petits dejs, repas du midi, goûters, et coupes de champ' à l'apéro. Bref, comme dirait Frantico du :

blog de frantico


Et bravo à Mika Tuomola aka Lumi pour son éblouissante prestation, mêlant extraits de comédie musicale des années 30, clips ahurissants, et réflexions sensées sur la finalité des jeux vidéos. Je ne regrette presque pas avoir dû avaler en 10 min les p’tits sandwichs de Orange (hmmpfff) pour voir cet hurluberlu bouger dans tous les sens, en s'entortillant dans tous les cables, manquant de se vautrer sur la sono et crier « Oh my god » toutes les deux secondes.

La preuve, mes camarades de classe (non présents à la conférence mais désormais convaincus) et moi avons décidé de lui consacrer un thème de forum (en cours de développement). Lumi, on t’aime !

Un forum dédié à Mika Tuomola

dimanche 5 février 2006

Exalead : une alternative sérieuse à Google (non mais vraiment)

exalead

Exalead n’est pas tout nouveau mais comme il déboîte sévère, il est impératif de rappeler son existence. Derrière ce nom tout sauf bandant – un savant couplage entre nom de médicament et SSII prétentieuse – se cache un moteur de recherche tout à fait intéressant.

Les résultats de vos requêtes affichent en plus du traditionnel descriptif :
  • une capture d’écran à la icerocket,
  • des termes associés au mot clef saisi (exemple : pocket pc games --> pda games, freeware pocket pc, et tout l’toutim),
  • la localisation des sites pour isoler les résultats par pays,
  • de même pour la langue du document,
  • le type de document recherché (PDF TXT DOC XLS RTF PPT),
  • le tri des documents audio, vidéo, ou flux RSS,
  • une recherche à l’intérieur des résultats,
  • une recherche phonétique.

On peut facilement imaginer en lisant tout cela qu’il s’agit d’une parfaite usine à gaz dont on ne comprend rien. Bien au contraire cher ami, ce qu’il y a de bouleversant dans cet outil issu de la recherche française c’est que tout est simple et intuitif. Aucun apprentissage particulier n’est nécessaire car tout est formidablement agencé.

La vitesse d’affichage est de plus excellente, à l’image de son concurrent Google mais avec pléthore d’informations supplémentaires. La page d’accueil est également personnalisable grâce à l’ajout de favoris, et l’on peut dire que le tout est cosmétiquement potable. Un détail qui a son importance, il est entièrement sans pub : ni ad-words, ni bandeau. Autant dire qu’il s’agit là de la découverte du mois, si ce n’est plus. Exalead remplace désormais avantageusement Google sur ma page d’accueil, et il est fort à parier que beaucoup de gens feront de même dans les mois à venir.

exalead

jeudi 26 janvier 2006

Image Ready est au CSS ce que Dreamweaver est au PHP

Des contraintes pas communes, j'en ai déjà eu. Mais des comme ça, rarement. Je dois, avant vendredi, finir un site en xhtml strict avec des pages générées en PHP. Jusque là, rien de compliqué. Sauf que voilà : mon cher professeur tient absolument à ce que j'utilise Image Ready pour générer le CSS et Dreamweaver pour l'intégration du PHP.

Performance, rapidité, productivité, par palette de 798 kilo-octets.
Pour commencer, il se trouve qu'Image Ready m'a généré 10 images pour un template tout simple, au lieu de 5 dans ma version presque pas optimisée. Les gifs sont complètement dégueux, un truc à te faire bondir n'importe quel infographiste scrupuleux, avec un entrelacement de pixels qui double la taille de mes images. Pour finir, Le CSS généré fait 180 lignes, contre 60 lignes après une heure de débogage.

Ravensburger, partenaire d'Image Ready.
C'est qu'il ne se contente pas de faire un énorme CSS avec des tas de choses inutiles, il construit ça n'importe comment. Il découpe ton bousin en petits bouts, et il les assemble en position absolue, comme un puzzle. Chaque tout petit bout à droit à ses 5 lignes de codes CSS avec les coordonnées x/y histoire de bien coller tout ça contre un bord en haut à gauche. Aucunes des subtilités de bases du CSS n’est utilisées de sorte qu’il n’y ai aucun intérêt à l’utiliser. Les tableaux, dans ce cas présents, sont autrement plus pratiques et légers !

Adeptes du référencement, au revoir !
Certes, ceci est paramétrable, mais dans le soucis de faire tout cela vite (argument qui m’a été avancé lors de la présentation du logiciel), je me suis rapidement retrouvée avec des noms de feuille html, images et ID qui ressemblait en gros à ceci :
  • #maquette_de_base_copie_5_copie_ 2_08,
  • maquette_de_base_copie_5_copie_ 2_5.gif,
  • maquette_de_base_copie_5_copie_ 2.html,
superbe !

Aussi absurde qu’un poisson sans bicyclette.
Le plus amusant c’est que le CSS est tout simplement… inutilisable. Qu’est-ce que j’en ai à faire de DIV en position absolue contenant des images. Mais diable où puis-je glisser mes pamphlets dans tout cet embrouillamini. Oui, c’est cela, nous devons à présent enlever chacune des images pour les réinsérer en tant que background dans la feuille de style. Décidément, ce logiciel défie outrageusement le modèle logique du cerveau de mon père.

Au final, combien d’heures perdues ? Je ne sais guère. Mais, j’avoue devant vous, j’ai feint à ma mission. Je ne me suis point résolue à utiliser Dreamweaver pour la génération automatique de mon PHP. Faut pas déconner non plus.

chat rasé
Il a utilisé Image Ready en 1978, il raconte...

samedi 14 janvier 2006

Meet the fucking bloggers in bordeaux

Voilà c'est fait ! Ma première réunion blog, c'était hier. Oui, c'est dur de l'avouer, mais je me plie aussi à ce genre de petite sauterie. Malgré la frilosité légendaire des bordelais quand il s'agit de se bouger la couenne, l'enthousiasme était de la partie avec une petite quinzaine de personne toutes plus sympathiques les unes que les autres.

Etre ou pas à fond dans le buzz marketing :)


Les discussions n'étaient ni creuses, ni nombrilistes, ni chiantes. Une bonne soirée en somme ! Cela m'a beaucoup fait penser aux soirées PDA où l'on se rendait sur Lyon/Bron organisé par le grand chef Pavoine ainsi que les deux soirées que j'ai organisé sur Bordeaux il fut un temps ! La première à la concorde, la deuxième au Jacomo.

Bref, si vous êtes sur Bordeaux et que le concept vous intéresse, checkez régulièrement le blog de Beber online, ou de François Goube. Vous aurez l'honneur de m'y rencontrer (si je daigne à vous adresser la parole, ne rêvez-pas !).

Ils en parlent :

vendredi 23 décembre 2005

Un vrai sujet de techno-beauf, les e-cards de noel.

De tous les artifices présents sur notre bonne vieille toile, il en est un qui surpasse sans conteste tous ses concurrents. Il s'agit bien évidemment des cartes de voeux électroniques. Parées de merveilleux GIFs animés, d'animation Flash bon marché, et d'enluminures toujours parfaitement mal anti-aliasées, les e-cards rivalisent de laideur et de médiocrité.

Quelle qu'en soit la raison, vous ne devez en aucun cas passer entre les mailles du filet de ce plaisir trivial, bien qu'un peu pervers, qui consiste à envoyer à l'ensemble de vos contacts électroniques une e-cards de noël. Pour fêter l’évènement, Mami France, mère de tous les beaufs équipés d’un Pentium 133 Mhz (ou supérieur), s'associe à vous pour vous proposer ce qui se fait de pire.

Commençons par…

La carte authentique.
(aka "la juste moche")

Un paysage enneigé, un père-noël bien bituré - repérable à la pourpreur de sa peau - ou un magnifique nain de jardin, aucun doute : vous êtes bel et bien en présence d'une véritable e-card du terroir. Elle émane généralement d'un membre de votre famille ou d'un collègue dont la radinerie n'est plus à prouver. Plus ringard, tu meurs.

authentique e-card de merde

La carte surprise.

Surprenante sans jamais faire dans le vulgaire. Derrière ce gros nœud débile, un cadeau inédit se loge, puisqu'en deux-deux, la coquine est capable de créer une erreur fatale dans n'importe quel navigateur Internet. Mais là où cette dernière étonne le plus, c'est qu’en dix ans d’entraînement, jamais cela ne rate ! Effet garantit par le W3C consortium.

Tu étais en train de remplir un formulaire en ligne de 24 pages ? Ah bon ! Pouet pouet !

La carte « pouet pouet camembert ».

Vous êtes un fana du calembour, un prodige de la boutade, un virtuose de la blague façon Pif Poche. Que dire… cette carte est tout simplement providentielle. Elle saura ravir enfants et oncles farceurs tout en restant politiquement correct. Idéale également en vue de se faire blacklister par vos amis qui en ont leur claque de recevoir vos ridicules Powerpoint copyrightés « rigoler.com ».

Aussi drôle qu'une chanson de Reggiani

La carte « olé-olé ».

Pour ceux qui estiment que Noël rime avec bordel, vous n’êtes pas sans savoir qu’Internet peut toujours répondre à ce genre de besoin. La bonne nouvelle, c’est qu’une fois n’est pas coutume, vous n’aurez pas à utiliser votre compte Paypal. Quoi de plus sympatoche que de se faire plaisir sans complexe en riant grassement entre ami. A réserver cependant à un public avertit (de la connerie de la carte).

dominiqueu-niqueu-nique !

Quand à la "juste nulle", je vous laisse la découvrir. Reçue ce matin par un collègue d'IUT. Le pire, c'est qu'elle est de sa création. Il a même pris le temps d'enregistrer un nom de domaine en .be pour l'accueillir, le gaillard. Y a des fois comme ça, je me dis que j'ai de mauvaises fréquentations...

                 

< 1 2 3 4 >

2005/2009 - int13 production - design by France Quiquere - contact : france (at) int13.net